Tous les articles

Louvain Médical vous présente un site Internet dont l'aspect pratique, interactif et dynamique s'accorde parfaitement avec la qualité scientifique de ses articles, tant au niveau de ses actualités que de ses articles originaux.

Le retour à domicile après une chirurgie cardiaque

E. Navarra Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Le retour à domicile est un moment très important après une chirurgie cardiaque et correspond au retour à la vie normale et aux activités quotidiennes pour le patient. Une fois la phase péri-opératoire passée, après une période de convalescence, le patient va se retrouver très brutalement "démédicalisé". Le rôle de l'information fournie au patient durant son séjour et la coopération entre le médecin traitant, le cardiologue et le chirurgien est alors fondamentale.

Lire plus

Le retour au domicile après intervention coronaire

J. Kefer Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Le médecin généraliste est très fréquemment confronté au patient coronarien qui revient au domicile après une hospitalisation pour intervention coronaire avec pose de stent.

Lire plus

Quel type de revascularisation coronaire chez le patient de plus de 80 ans ?

Patrick C. Chenu Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Les évidences sont peu nombreuses au sujet de la revascularisation coronaire chez les patients de plus de 80 ans. Il existe de nombreuses études randomisées mais la plupart sont anciennes et obsolètes. Les études randomisées plus récentes qui sous-tendent les recommandations actuelles n’ont pas inclus (ou peu inclus) des patients de plus de 80 ans et ont exclus spécialement les patients fragiles avec de nombreuses comorbidités. Notre bon sens clinique doit donc extrapoler ces données aux patients âgés lors d’une discussion médicochirurgicale ou participent les intensivistes et les anesthésistes. L’évaluation gériatrique doit être plus systématique.

Lire plus

Utilisation des traitements anticoagulants chez le sujet âgé

C. Lambert, C. Hermans Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Le risque de thrombose augmentant avec l’âge, les sujets âgés sont particulièrement susceptibles de recevoir et de bénéficier d’un traitement anticoagulant. Toutefois, le risque d’accidents hémorragiques est également plus élevé dans cette population. Pour ces raisons, le rapport bénéfice/risque doit être soigneusement pesé dans cette tranche d’âge avec sa réévaluation régulière.

Lire plus

Prise en charge des arythmies chez les patients âgés

C. Barbraud Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Chez les patients âgés, les arythmies sont fréquentes, mais c’est la fibrillation auriculaire dont la prévalence dépasse 15% des plus de 75 ans, qui est grevée d’un taux important d’évènements thromboemboliques (ETE).

Lire plus

Personnes âgées : chez qui proposer un bilan et lequel ?

Th. Muller Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Les plaintes et symptômes cardio-vasculaires des personnes âgées sont difficiles d’interprétation compte tenu de la diminution de l’activité physique, de l’expérience différente de la douleur et des troubles de la mémoire. Il nous faudra rester vigilants et attentifs aux plaintes pour les détecter et les traiter de manière optimale.

Lire plus

Prévalence et particularités des problèmes cardiaques au 3ème et 4ème âge

P. Cornette Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Cardiologie

Le patient cardiaque est devenu un patient âgé, fragile et souffrant de polypathologies. Cette complexité modifie la prise en charge cardiologique habituelle, l’individualisation de chaque situation est nécessaire mais doit reposer sur une évaluation globale de la santé et de la fragilité du patient et une redéfinition des objectifs thérapeutiques axés sur les priorités du patient.

Lire plus

Un cas rare de grossesse extra-utérine : la grossesse cornuale après salpingectomie

C. Bentin, F. Grandjean Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Gynécologie et Obstétrique

Cet article présente un cas clinique de grossesse extra-utérine logée dans le moignon d’une salpingectomie. Une grossesse implantée à cet endroit est une rareté, ce qui rend son diagnostic difficile. Nous allons décrire un cas et, à l’aide d’une revue de la littérature, expliquer les différentes méthodes diagnostiques et thérapeutiques tant médicales que chirurgicales. Nous apprendrons toute l’importance d’effectuer une salpingectomie au ras de la corne utérine ainsi que de coaguler la portion intramurale de la trompe.

Lire plus

Rhumatologie et dermatologie

C. Peeters, C. Francès, F. Houssiau, M. Baeck Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Dermatologie

Nous rapportons le contenu de la réunion PEAU’se dermatologique des Cliniques Universitaires Saint-Luc du 15 février 2016 consacrée aux pathologies dermatologiques et rhumatologiques. Le Professeur Camille Francès, chef du service de Dermatologie de l’Hôpital Tenon à Paris, nous a présenté les manifestations dermatologiques du lupus érythémateux et de la dermatomyosite. Le Professeur Frédéric Houssiau, chef du service de Rhumatologie aux Cliniques Universitaires Saint-Luc, nous a éclairé sur le casse-tête que constituent les auto-anticorps dans les rhumatismes systémiques.

Lire plus

Présentation clinico-biologique de l’hyperparathyroïdie primaire en fonction du statut vitaminique D

M. Yazidi, M. Chihaoui, F. Chaker, M. Feki, H. Slimane Publié dans la revue de : Décembre 2016 Rubrique(s) : Endocrinologie et diabétologie

L’hyperparathyroïdie primaire (HPTP) et la carence en vitamine D sont deux affections fréquentes. Leur coexistence semble également fréquente et serait susceptible d’aggraver les manifestations clinico-biologiques de l’HPTP. Nous avons analysé chez 42 patients porteurs d’une HPTP, les paramètres cliniques et paracliniques de cette maladie en fonction du statut vitaminique D. Une carence en vitamine D (25OHD<10ng/ml) était présente chez 40,5% des patients. Ces patients avaient un taux de PTH plus élevé (567,9±697,0 µg/l vs 259,8±198,8 µg/l p=0.04) et une ostéodensitométrie plus fréquemment pathologique (p=0,01). Les résultats de notre étude incitent le clinicien à doser systématiquement la vitamine D au cours de l’HPTP afin de mieux évaluer la sévérité de cette maladie et d’envisager une éventuelle supplémentation vitaminique.

Lire plus

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :